#Randonnée #Magome #Tsumago nakasendo

(Premier version de l'article) Pour remettre dans le contexte, un extrait de notre fidèle serviteur sur tsumago (nakasendo un peu plus bas).
Tsumago-juku (妻籠宿, Tsumago-juku?) était la quarante-deuxième des soixante-neuf stations du Nakasendō1. Ce relais est situé à Nagiso, dans la préfecture de Nagano, au Japon. On lui a rendu l'aspect qui était le sien en tant que shukuba, pendant l'ère Edo, et l'endroit connaît maintenant un certain succès en tant que destination touristique. Durant la période Edo, Tsumago était la quarante-deuxième des soixante-neuf stations qui reliaient Edo (à présent Tokyo) à Kyoto. Avant d'être intégrée au Nakasendō, c'était la dixième des onze stations le long du Kisoji, une route commerciale mineure qui traversait la vallée de Kiso. En tant que telle, c'était une ville relais relativement prospère et cosmopolite assise sur une économie basée sur la monnaie. Elle tomba néanmoins dans l'oubli et la pauvreté après l’achèvement de la ligne Chūō de chemin de fer qui évitait Tsumago. En 1968, les habitants engagèrent un effort pour restaurer des sites et des structures historiques de la ville. En 1971, quelque 20 maisons avaient été restaurées et une charte avait été établie selon laquelle aucun endroit dans Tsumago ne serait « vendu, loué ou détruit ». En 1976, la ville fut désignée par le gouvernement japonais comme site de préservation architectural national. Malgré son aspect historique cependant, Tsumago est complètement habitée, bien que les boutiques pour touristes constituent l'activité principale de la ville.
  Premier point, les photos sont dans le mauvais sens, on est monté et pas descendus 🙂 (La randonnée part et arrive sur une station de train, on a le choix de la faire dans les deux sens). IMG_4987 IMG_4984 IMG_4977 IMG_4962   http://fr.wikipedia.org/wiki/Nakasend%C5%8D
Le Nakasendō (中山道), également appelé Kisokaidō (木曾街道), était l'une des cinq routes d'Edo pendant la période Tokugawa, et l'une des deux reliant Edo (actuel Tokyo) à Kyoto au Japon. Elle comptait 69 stations et traversait les provinces de Musashi, de Kōzuke, de Shinano, de Mino et d'Ōmi. En plus de celles de Tokyo et Kyoto, le Nakasendō passait par les préfectures actuelles de Saitama, de Gunma, de Nagano, de Gifu et de Shiga, pour une distance totale d'environ 534 kilomètres. À la différence du Tōkaidō qui longeait la côte, le Nakasendō restait dans l'intérieur, d'où son nom, qui peut se traduire par « la route à travers les montagnes centrales » (par opposition à "Tōkaidō", qui signifie grossièrement « la route près de la mer de l'Est»). Du fait que c'était une route sûre et de bonne qualité, beaucoup de personnes célèbres, dont le poète de haïku Bashō Matsuo, l'ont emprunté au moins une fois dans leurs vies.
IMG_4951 IMG_4886 IMG_4884 Des infos pour faire cette randonnée: http://www.japan-guide.com/e/e6078.html https://www.jnto.go.jp/eng/location/rtg/pdf/pg-408.pdf http://www.japanvisitor.com/japan-city-guides/magome-tsumago La même rando avec de très belles photo: http://www.guide-restaurants-et-voyages-du-monde.com/voyages/799/110/japon/nakasendo-entre-magome-et-tsumago IMG_4877 IMG_4873 IMG_4864 Des collegiens... très très bruyant et qui avait l'air étonnés de voir des étrangers... IMG_4861 Une cloche qui est sensée permettre de faire fuir les ours (zoomez sur la pancarte !) IMG_4854 IMG_4847 IMG_4837 IMG_4836 IMG_4835 IMG_4828 IMG_4822 IMG_4816 IMG_4814 IMG_4811 IMG_4807 IMG_4806            

Related Post

Partagez..Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on RedditShare on TumblrPin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *